La voiture électrique pollue-t-elle ?

La voiture thermique pollue. Pour tenter d’inverser la tendance, il y a la voiture électrique ! Mais cette voiture électrique pollue-t-elle vraiment ?


L’électrique : c’est fantastique ?


La voiture électrique, comment passer à côté de ce phénomène ? Depuis plusieurs années maintenant, elle est partout !

Et c’est pas prêt de s’arrêter, sachant qu’à l’horizon 2040, la vente de véhicules thermiques (diesel et essence) sera stoppée.

2040 : fin de commercialisation des véhicules essence et diesel

Je dois dire que la voiture électrique est séduisante : 0 émissions de CO2, recharge à la maison, de plus en plus d’autonomie, puissance instantanée, des Tesla toujours plus démocratisées…

…mais, il y a un mais. Car en fait, je me pose la question de savoir si la voiture électrique est-elle la plus polluante ?

Alors, cette voiture électrique pollue-t-elle vraiment plus qu’une diesel ou qu’une essence ?


Voiture électrique : la poudre aux yeux ?


La voiture électrique est présentée comme « non polluante« , « non émettrice de CO2« . Et je dis oui !

En effet, lorsque l’on nous remet les clés de notre nouvelle voiture électrique, nous n’émettrons plus un seul gramme de CO2 sur la route : fabuleux non ?!

Seulement, il ne faut pas s’arrêter aux seuls moments passés à rouler : il faut prendre en compte la fabrication et le démantèlement de la voiture, avant et après sa vie routière.

Fabrication

Dès sa fabrication, la voiture électrique pollue plus qu’une voiture thermique : la faute à sa batterie.

Cet article de francetvinfo.fr résume bien les différentes problématiques liées.

La fabrication de sa batterie, à base de métaux rares issus de Chine, d’Afrique ou encore d’Amérique du Sud, demande énormément d’eau, de produits chimiques et d’énergie.

« La fabrication d’un véhicule électrique consomme près du double d’énergie que celle d’un véhicule thermique. »

ademe.fr

Sur la route

Sur la route, j’ai beau vérifier, la voiture électrique ne consomme pas une goutte de carburant : c’est génial !

Enfin, il faut quand même se dire que pour rouler, la voiture électrique nécessite quand même de l’énergie : l’électricité. Et là encore, ce n’est pas du « full green ».

Pour produire l’électricité, plusieurs choix :

  • Le nucléaire : comme en France par exemple. Peu de rejets de CO2…mais de grosses problématiques de stockage des déchets.
  • Le charbon : comme en Chine ou en Pologne. Très importants rejets de CO2.
  • L’éolien / hydraulique : comme en Norvège. Aucun rejet de CO2…en fonctionnement. Mais nécessité de fabriquer puis recycler les équipements (encore !). Un impact sur la faune et la flore locale donc.

Bref, en y regardant de plus près, aucune solution miracle « 100% green » n’existe.

Dire que la voiture électrique ne pollue pas, est faux : elle ne pollue pas lorsqu’elle roule ou est à l’arrêt, sans rechargement.

N’importe quand sinon, la voiture électrique pollue indirectement : le discours n’a pas le même impact !

La voiture électrique pollue aussi ! Mais différemment…

Je considère donc que rouler en voiture électrique est un peu le moyen de se donner bonne conscience, de mettre des œillères et pouvoir se vanter que « ah bah moi, quand je roule, je ne pollue pas ! ».

Pas faux…mais loin d’être vrai quand on prend le problème dans sa globalité

Recyclage

Enfin, une fois que notre voiture électrique est arrivée au bout de sa vie, vient le temps du recyclage.

Par rapport à une voiture thermique, peu de changement, mis à part un détail : sa batterie.

La batterie de la voiture électrique, le plus souvent à base de lithium, est constituée de nombreux composants nocifs.

Ce sont donc potentiellement de nombreuses substances chimiques qui se retrouvent dans la nature, à court, moyen ou long terme.

Dans tous les cas, recycler une batterie, même à un fort pourcentage de réussite, nécessite encore une certaine quantité d’énergie pour y parvenir.

Nous sommes donc de nouveau loin d’être vraiment « green » !

Mais ça, ce n’est pas grave, car nous avons déjà revendu notre voiture pour une plus récente !…


D’autres problèmes à prendre en compte ?


Après ce portrait pas forcément glorieux à l’encontre de la voiture électrique, je pense qu’il y a encore d’autres problématiques dont il faut se méfier.

Je pense notamment à la recharge des voitures électriques qui peut poser problème si demain, chaque véhicule thermique était remplacé par une voiture électrique.

Tous les ans ou presque, en hiver, nous avons nos centrales nucléaires qui tentent d’assurer tant bien que mal la livraison électrique des foyers français afin de se réchauffer.

Inversement, avec le réchauffement climatique, de plus en plus de climatisations risquent d’être installées : bientôt le même problème en été ?

J’imagine mal la même situation avec en plus chacune de nos voitures en train de tirer sur le réseau électrique pour espérer aller travailler le lendemain…



En fait, il faut continuer à rouler au pétrole ?


Wow wow wow non, je n’ai pas dis ça ! Même si mon discours semble plutôt orienté contre la voiture électrique je vous l’accorde…mais c’est volontaire.

En fait, je souhaite simplement alerter sur le fait que non, la voiture électrique n’est peut être pas la solution miracle 100% écolo 0 émissions de CO2 sur laquelle il faut se ruer sans vraiment prendre du recul.

Le pétrole : ressource polluante et épuisable…

La voiture électrique à encore des progrès à faire, notamment en termes de fabrication et recyclage, mais cela s’améliore avec le temps : c’est de bonne augure !

Par contre, je ne pense pas qu’il faille mettre à la poubelle notre véhicule actuel et foncer sans réfléchir sur une voiture électrique afin « de ne plus polluer ». Ce serait se méprendre.


Quelles alternatives ?



Personnellement, je pense que la meilleure façon d’agir pour l’environnement dans le domaine du déplacement est de remettre en cause nos besoins et nos habitudes :

  • Est-ce que j’ai vraiment besoin d’utiliser ma voiture ?

Pour les très petits trajets, privilégions la marche à pieds : c’est gratuit et ça tient en forme !

En cas de petits et moyens trajets, le vélo est un très bon moyen de locomotion : là encore, ça tient en forme 🙂

Sinon, pour les plus longs trajets, il y a toujours la solution des transports en commun quand cela est possible.

  • Est-ce que je pratique l’écoconduite ?

Même en utilisant une voiture thermique traditionnelle, il est possible de limiter nos émissions de CO2 !

Et cela passe par l’écoconduite : accélérations douces, freinages progressifs, ne pas laisser tourner le moteur inutilement, minimiser l’utilisation de la climatisation..

  • Est-ce que je peux envisager le covoiturage ?

Egalement, la solution du covoiturage permet de réduire l’utilisation d’une voire plusieurs voitures. Et en plus ça permet de passer un bon moment à bavarder sur la route !


La voiture électrique pollue-t-elle ?


Loin de moi l’idée de cracher sur la voiture électrique, car il est urgent de trouver des alternatives vertes, le but de cet article est de casser le mythe de la voiture parfaitement écolo.

C’est pourquoi je m’étais posé cette question de savoir si la voiture électrique pollue-t-elle vraiment, et en quelle mesure.

Au delà de changer de véhicule pour acheter une voiture électrique ou de rester sur notre bon vieux diesel, c’est sur notre comportement à tous que je tenais à apporter l’attention.

Recharger sa voiture : bientôt une habitude ?

Avant de se ruer sur un nouveau véhicule, essayons de faire mieux avec notre actuel : privilégions la marche à pieds ou les moyens de locomotions vraiment plus propres (vélo…), sans oublier la mutualisation des ressources (transports en commun, covoiturage…).

Au final, j’espère vraiment qu’un véhicule alternatif réellement green émerge, et la voiture électrique garde tout son mérite de faire avancer la question !

A bientôt sur Vivons Nature !

Damien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.