Jardiner : culture sur butte (n°1), présentation

Attention : gros sujet en approche 🙂 !!! Après mon emménagement fin juillet et quelques préparatifs du terrain (voir quelques « teasing » sur l’Instagram de Vivons Nature), je me lance enfin dans mon potager ! Et du coup, ça vaut bien un article non 😉 ? Enfin, au vu de l’ampleur du sujet et de ses évolutions à venir, je prévois de nombreux « numéros » sur le sujet…allez, c’est parti pour le premier 😀 !


Réflexion


Passer d’un appartement à une maison, généralement ça pousse les murs…mais ça fait aussi pousser une surface de jardin ! Forcément, quelle joie pour moi d’envisager un potager ! Mon objectif étant clair : tirer au maximum parti de ce potager comme source de nourriture, le plus naturellement possible. Chouette idée ! Encore faut-il savoir comment y arriver…et par où commencer 😦

Instinctivement, j’ai eu en tête les beaux jardins « de nos grands pères » : ces parcelles bien rectangulaires et précises où s’enchaînent lignes de salade, poireaux et carottes au millimètre près en suivant des rituels de saisons, labours et traitements jalousement gardés.

potager_traditionnel
Un beau potager « traditionnel »

Pour commencer par quelque part, je suis parti un peu dans tous les sens histoire de récupérer un maximum d’informations avant de trier. Au détour de moultes vidéos sur Youtube, je suis tombé sur la vidéo qui, je pense que je peux le dire sans exagérer, a réellement changé ma vie : la culture sur butte.

Outre la méthode (qui fera l’objet de toutes les attentions par la suite), c’est la manière d’amener et d’expliquer ce principe par Philip Forrer qui sublime le sujet : passion, simplicité, justesse, logique, démonstration, expérience, leçon de vie…c’est vraiment beau. Je ne peux que vous conseiller cette magnifique vidéo qui, en 20 minutes, présente d’une part la méthode de culture sur butte, mais apporte également un lot incroyable d’humanité, d’humilité et de motivation :

« La Nature, c’est l’abondance »
– Philip Forrer

Je peux vous dire qu’après mon premier visionnage, qui m’a scotché de bout en bout, il m’a fallut quelques secondes pour réaliser qu’un énorme déclic s’était déclenché en moi : j’avais trouvé mon objectif, mon potager, la source de ma future alimentation…mais aussi plusieurs principes de vie traités par Philip Forrer auxquels j’adhère totalement.

La culture sur butte…j’avais trouvé ma ligne directrice, une bonne chose de faite ! Mais avant de passer à la pratique, remettons un peu en ordre toutes ces nouvelles informations…


Présentation


La culture sur butte

La culture sur butte se distingue facilement par son physique de…butte (oui, d’où son nom) : contrairement aux techniques de culture habituellement à plat, les récoltes pousseront ici sur des buttes. Pour parvenir à cette forme, c’est la terre extraite des allées qui sera entassée pour former la butte. Plusieurs avantages sont à retenir de cette technique :

  • Confort de travail : par sa hauteur, il n’est plus nécessaire de se baisser autant que pour travailler un potager traditionnel.
  • Surface de culture augmentée : par sa forme « en 3D », la surface disponible est plus important qu’à plat « en 2D ».
  • Multiplication des microclimats : par sa forme, la butte crée des zones différentes : orientations, taux d’humidité, taux d’ensoleillement, expositions aux vents, températures entre le sol et le sommet…ces caractéristiques permettent d’adapter les cultures suivant leurs exigences.
  • Gain de temps (apporté par le paillage) :
    • Limitation des mauvaises herbes par étouffement.
    • Peu d’arrosage par limitation de l’évaporation.
    • Apport constant de fertilité par décomposition surfacique.
    • Non travail du sol : permet d’entretenir la microfaune qui se chargera (à notre place 🙂 ) de brasser, mélanger, aérer et transformer la terre.
  • Protection de la microfaune en surface (gel, soleil, érosion…)
  • Faible coût : utilisation de matériaux organiques présents en abondance dans la nature et aucune utilisation de machines.
culture_sur_buttes
Plusieurs buttes et leurs allées.

Alléchant, non ? Eh bien…sachez que j’ai même découvert mieux !

La culture sur butte façon « forestière »

La culture sur butte « simple » comporte déjà de nombreux avantages, mais la culture « forestière » (ou « Hugelkultur » dans l’Europe de l’est) va encore plus loin ! A noter que par la suite, je parlerais simplement de « culture sur butte » pour simplifier, mais ce sera bien de buttes « forestières » qu’il sera question 😉

Cette méthode, toujours sous forme de buttes, vise à intégrer au cœur des buttes de la matière organique végétale (troncs, branches, feuillage…) afin qu’elle se décompose lentement, libérant au fur et à mesure la fertilité demandée par la culture en surface. On se rapproche ici au maximum de ce que l’on peut observer en forêt (d’où son nom) : un cycle perpétuel de vie et de mort sans aucune intervention humaine. C’est d’ailleurs la technique utilisée par Philip Forrer dans sa vidéo que j’ai présenté plus haut.

butte_forestiere
Les couches d’une butte forestière (le compost est optionnel).

Les avantages supplémentaires sont les suivants :

  • Un apport constant et de longue durée des nutriments par la décomposition lente de la matière organique : une fois mise en place, une butte peut « fonctionner » pendant 20 ans !
  • Plus besoin d’arroser ! Mis à part lors des semis / repiquages (si besoin), le cœur de la butte va agir comme une éponge, faisant office de réserve en profondeur.
  • Utilisation des déchets verts : plutôt que de les brûler ou de les emmener à la déchetterie, les troncs, branches, branchages ou encore l’herbe de tonte sont intégrés à la butte comme carburant pour les cultures…rien que du naturel !
  • Utilisation des déchets de cuisine : épluchures, restes ou même aliments moisis (eh oui !), ici encore rien n’est gâché et se retrouve acteur des buttes !
  • Aucun fertilisant ou produits de traitement : la rotation des cultures et leur bonne association suffisent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme vous le voyez, le concept va encore plus loin par l’amélioration de la butte « simple » en s’inspirant fortement de la Nature : la butte devient autonome pour de longues années et s’inscrit totalement dans une démarche de permaculture.

Permaculture

Il est important d’expliquer ce terme de permaculture car il résume finalement la philosophie de la culture sur butte mais aussi d’un état d’esprit, une démarche globale. Cette définition est tirée du livre Manuel de culture sur butte de Richard Wallner : avec la vidéo de Philip Forrer, c’est ma deuxième source d’information et d’inspiration dans ma propre démarche de culture sur butte.

  • Chaque fonction est réalisée ou soutenue par plusieurs éléments
  • Chaque élément doit être utile à plusieurs fonctions
  • Partir des besoins de chaque acteur (végétaux, animaux, humains, sur site, hors site)
  • Maximiser les liens bénéfiques entre les éléments
  • Viser le minimum d’effort pour le maximum de résultat
  • La Nature est un modèle : travailler en son sens
  • Diversité est source de stabilité
  • Observer pour intégrer de façon plus judicieuse
  • Maximiser l’ergonomie
  • Les déchets sont une ressource
  • Apprendre par l’expérience
  • Le Monde est une co-création
manuel_de_culture_sur_butte
L’une de mes ressources pour la mise en place de mes propres buttes 🙂

Acheter le Manuel de la culture sur butte : amazon.fr

On comprend mieux pourquoi la culture sur butte rentre parfaitement dans une démarche de permaculture 🙂 et en quoi les enjeux de cette démarche sont à la fois logiques, simples et naturels.


Conclusion


Au vu de ce vaste et long sujet, je préfère m’arrêter là pour ce premier article : cette présentation de la culture sur butte étant déjà bien suffisante pour une entrée en matière je pense 🙂

Cela permet de vous présenter cette méthode (si elle vous était inconnue) mais également de pouvoir lancer ma propre démarche de culture sur butte que je vous ferai vivre au fur et à mesure sur Vivons Nature : réflexions, avancées, problématiques, articles, photos…et même vidéos sont prévues 😀 !!!

Je vous donne rendez-vous rapidement pour la suite de cette (longue) « série » sur la création et le suivi de mon potager en mode culture sur buttes 😉

A très vite sur Vivons Nature !

Damien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s